Blogia
javierdelgado

GOOGLE ANTE LOS JUECES: NO ES ORO TODO LO QUE RELUCE...PERO EN GOOGLE HAY MUCHO ORO PURO PARA EL PÚBLICO (NOTA DEL TRANSCRIPTOR)

GOOGLE ANTE LOS JUECES: NO ES ORO TODO LO QUE RELUCE...PERO EN GOOGLE HAY MUCHO ORO PURO PARA EL PÚBLICO (NOTA DEL TRANSCRIPTOR)

 Me ha llamado mucho la atención que la imagen que acompaña este texto sobre Google sea la de un juez y una peluca y una mesa, etc...con aspecto de otro tiempo pasado, nada que remita a la actualidad del funcionamiento de la Justicia, ni de la francesa en particular ni de cualquier otra. Seguramente pasarán años hasta que las imágenes que circulan por nuestra memoria desaparezcan y dejen sitio a las imágenes actuales de personsas, lugares o cosas. Las viejas  imágenes de las instituciones del Estado puede que sean las últimas en dejar paso a las nuevas. ¿Qué hay detrás de esa dificultad de renovación iconográfica?

 En AgoraVox.fr publican este artículo de opinión sobre Google, que ha despertado un notable debate en el que much@s usuari@s de Google defienden "su Google". No sé qué tiene concretamente A>goraVox contra Google, pero leyendo en sus páginas uno siente que está en medio de una verdadera batalla de ideas...y de dinero y poder.

He escogido este artículo porque creo que expresa muy bien la actitud de un sector de la economía de Internet ante las fórmulas comerciales de sus competidores. ¡Y esto no sucede en  una "SecondLife"! ¡Es la pura y dura realidad!

Google devant les juges !

L’année 2007 risque bien d’occuper Google... devant les tribunaux! Impossible en effet de commencer l’année sans parler de la foule de procès auxquels devra faire face le géant du Web. Google pourrait avoir besoin de créer un moteur dédié! Retour sur les attaques juridiques qui commencent à peser sur l’image angélique de Google...

AdWords ou comment Google favorise la contrefaçon et la concurrence déloyale
Les revenus de Google proviennent à 99% de la publicité via les systèmes AdWords et AdSense. Oui, mais voilà, ces systèmes favorisent les actions crapuleuses !
A la différence d’Overture (le concurrent de Google en matière de liens sponsorisés désormais détenu par Yahoo !), Google ne vérifie pas les mots-clés achetés par les annonceurs.
Cela incite donc les entreprises à utiliser la notoriété d’une marque pour vendre ses propres produits. C’est ainsi que Louis Vuitton a obtenu 300 000 euros de Google car certains annonceurs avaient placé des AdWords sur des marques déposées par la firme.
Google, qui avait fait appel du premier jugement prévoyant seulement 200 000 euros de dommages et intérêts, a été condamné pour contrefaçon de marque, concurrence déloyale et publicité trompeuse.
Cette décision est importante car elle indique que Google doit vérifier l’achat de mots-clés pour éviter la contrefaçon et la concurrence déloyale.
La Cour d’appel s’est d’ailleurs fondée sur le fait que si Google était capable de censurer certains sites en Chine, il serait aussi capable de respecter le droit des marques. Google semble être pris à son propre piège...
Google avait déjà été condamné pour des affaires similaires face aux hôtels Méridien, au voyagiste Bourse aux vols ou à Eurochallenges.

Fraude au clic : l’ensemble du système publicitaire en question
Aujourd’hui, le système de tarification principal est le coût par clic. Pour chaque clic dirigeant l’internaute sur son site, l’annonceur paye une certaine somme.
Mais lorsqu’il est avéré que le clic est frauduleux, cela a de quoi faire des mécontents...
Les sociétés concurrentes ou affiliées désireuses d’augmenter leur gains ont vite fait de mettre en place des robots cliquant artificiellement.
Google a ainsi récemment déboursé la somme de 90 millions de dollars à un consortium d’annonceurs pour les dédommager de ce type de fraude.
Si elle se généralise, la fraude au clic pourrait bien porter un coup fatal au système publicitaire de Google. Selon Google Stories, près d’un annonceur sur deux serait victime de ce genre de pratiques. Google minimise cette proportion en indiquant un taux de fraude de 2%. Difficile de vérifier...

Page Rank : un algorithme bien subjectif...
Le succès de Google réside dans son algorithme de recherche baptisé PageRank. Mais plus le temps passe, plus il semble que cet algorithme s’éloigne de critères purement mathématiques.
La société Kinderstart (portail destiné aux enfants) a d’ailleurs porté plainte en mars dernier contre Google. Kinderstart accuse Google d’avoir brutalement déréférencé son site en lui attribuant un PageRank de 0. Le site était au préalable en bonne place des résultats de recherche, générant un trafic mensuel de dix millions de visiteurs.
Mais Google semble intouchable en la matière, n’étant soumis à aucune objectivité dans le classement des sites.
David Kramer, représentant de Google, avait d’ailleurs déclaré : "Bien que le ranking soit basé en partie sur un algorithme mathématique, Google étudie également la qualité des sites Web et effectue des jugements subjectifs".
Le même homme, confiant en sa toute-puissance, ajoute : "Chaque utilisateur de Google sait que les classements ne sont que des opinions, et Google peut les ranger suivant le critère qu’il souhaite y compris si cela donne de mauvais scores pour des sites concurrents."
En clair, Google a tout pouvoir concernant le classement des sites et ne se prive pas d’inclure sa propre opinion. On comprend mieux pourquoi de nombreux moteurs sont en préparation pour ajouter un peu de pertinence dans lesrésultats obtenus ! (voir aussi l’article de GNT)

Google : la terreur des éditeurs
Impossible de calmer les ardeurs de Google ! Google s’est mis en tête de répertorier l’ensemble des livres et articles de journaux sur deux de ses services : Google News et Google Books. Cela bien sûr, sans prendre la peine de demander l’avis des intéressés.
En septembre dernier, CopiePresse (éditeur des journaux belges francophones) avait obtenu de Google que soient retirés de Google News l’ensemble des articles des journaux du groupe.
Google s’était alors exécuté mais avait refusé d’appliquer la décision du tribunal prévoyant la publication du jugement sur le site Google.be pendant cinq jours. L’affaire est encore en cours...
De même l’AFP est toujours en procès contre Google et réclame 18 millions de dollars de dommages et intérêts.
L’AP (Associated Presse - agence américaine) a quant à elle trouvé un arrangement avec le moteur de recherche.
Concernant la syndication de livres, le Syndicat national de l’édition, l’Association of American Publishers et l’Author’s Guild (groupement le plus important d’écrivains américains) accusent également Google de violation du droit d’auteur.
Face au rapport de force totalement inéquitable, les associations de journaux, de livres et de magazines ont décidé de s’unir pour défendre leurs intérêts contre les violations répétées du moteur de recherche. Un groupe de travail conduit par l’Association mondiale des journaux travaille en ce sens.
C’est dans cette perspective que l’on peut mieux comprendre la récente volonté de Google de devenir la régie publicitaire de la presse hors ligne au travers du système AdWords. Google souhaite probablement devenir la source de profits principale des journaux pour dissuader ces derniers de faire appel à la Justice.

YouTube ou comment garder des procès au frais
Le récent rachat de YouTube pourrait bien augmenter la fréquence des déplacements de Google devant les tribunaux. La plate-forme est bien peu soucieuse de la gestion des droits. Et même si certains accords ont eu lieu entre Google et les majors, il est peu probable que la situation puisse rester celle d’aujourd’hui.
Là aussi, Google tentera par tous moyens de renverser le rapport de force pour ne pas être menacé.

Google : le passage en force
Google est donc attaqué sur plusieurs fronts et joue constamment de sa suprématie pour faire passer ses décisions.
La logique de Google est parfois assimilable à celle de la presse people : mieux vaut enfreindre la loi et ne demander l’avis de personne pour augmenter les gains, quitte à devoir débourser quelques millions de temps à autre.
Reste à savoir combien de temps cette logique arrogante et méprisante pourra tenir sans nuire à la crédibilité et à la légitimité du moteur de recherche.
A part ça, Google est la première entreprise à indexer une valeur morale dans ses statuts en inscrivant la mention "Don’t be evil". Décidément chez Google, ils ne manquent pas de culot !

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

0 comentarios

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres